08.06.2020

E- Coordina parle avec Ana Belén Valderas, technicienne en prévention des risques du travail chez OKIN

E-coordina publie une série d'entretiens avec les responsables de la prévention de certaines entreprises du pays, qui reflètent l'expérience de ces entreprises face à la prévention des risques professionnels en période de pandémie.


Nous avons vécu quelque chose que nous n'imaginions même pas nous toucher. Socialement, sainement, économiquement... C'est un jalon, un avant et un après. Mais il en sera sans doute de même dans le domaine de la POR, de la santé et de la sécurité au travail. En ce sens, comment vivez-vous ces moments dans votre entreprise ? En quoi cela vous a-t-il changé ?

- En ce sens, étant une entreprise alimentaire, beaucoup des mesures que les entreprises prennent ont déjà été réalisées, comme le nettoyage, l'utilisation de masques ou de gants dans certains domaines.

Cependant, le nettoyage a augmenté dans les zones communes et de nouveaux procédés de nettoyage sont mis en œuvre avec différents produits. L'utilisation des masques, qui était habituelle dans les salles de travail, a été étendue à tous les domaines, tant dans la production que dans les bureaux, et la capacité des espaces communs comme la salle à manger ou les vestiaires a été limitée...

C'est une question courte, mais la réponse peut être très large. Dans votre cadre, comment sera l'après, en fait tel qu'il est ?

- Il est clair que cette situation marquera un avant et un après pour nous, nous avons beaucoup appris et nous pensons que beaucoup des mesures mises en œuvre sont venues pour rester avec nous et s'améliorer.

Nous avons appris que nous pouvons communiquer par différents moyens sans avoir à être présents (par exemple, via les équipes), que les mesures d'hygiène sont fondamentales et nécessaires pour éviter la contagion, que le port d'un masque est devenu une nécessité que les travailleurs exigent et non une obligation comme on a pu le constater avant l'arrivée de la pandémie.

Quelles mesures pensez-vous qu'il faudrait prendre dans le domaine de la prévention ?

- Dans le domaine de la prévention, des mesures obligatoires ont été mises en place telles que la distance entre les personnes de 2 mètres, l'utilisation obligatoire de masques dans tous les domaines, le nettoyage des outils communs indispensables à partager après usage (comme les roues de brouette), le contrôle de la température des utilisateurs... 

De nombreux travaux d'amélioration effectués par les entrepreneurs ont été arrêtés afin d'empêcher le personnel extérieur d'accéder à nos installations, ainsi que les visites des fournisseurs. Toutefois, certaines des mesures telles que celles mentionnées ci-dessus seront atténuées et nous restons donc constamment attentifs aux nouvelles mesures qui sont approuvées par l'État.

 En ce sens, quel sera le rôle de la coordination des activités des entreprises ?  

- Les mêmes mesures ont également été mises en œuvre pour les travailleurs du CAE, puisqu'en fin de compte, ce sont des travailleurs et que nous les accueillons comme les nôtres avec le même traitement et les mêmes règles. Pour cette raison, nous avons créé un nouveau document "COVID protocol" sur la plate-forme e-coordina afin que tous nos sous-traitants soient au courant des réglementations mises en œuvre dans OKIN et connaissent les protocoles établis avant qu'ils n'arrivent.

Sera-t-il difficile de s'adapter à la nouvelle situation. Dans les centres de travail, dans la relation avec vos travailleurs ou ceux de vos contrats, quelles difficultés allons-nous rencontrer ?

- Nous sommes déjà passés par la phase d'adaptation, mais il s'agissait plutôt de l'incertitude initiale quant à la façon dont le virus allait progresser et nous affecter. Mais dès le début, nous avons créé un comité pour pouvoir prendre des mesures dans ce sens et nous sommes fiers de la façon dont tous les travailleurs l'ont accepté. 

Les masques, les contrôles de température, les séparations..., la façon dont nous traitons tout cela, est-ce faisable, est-ce nécessaire, devrait-on l'imposer ?

- Quant aux EPI, tels que les masques, ils devraient être obligatoires lorsque nous sommes à moins de 2 mètres ou lorsque nous nous trouvons dans de petits espaces communs tels que des réunions où l'environnement peut se charger et où le virus peut se propager parmi nous. 

La fièvre est l'un des symptômes du virus, que nous pouvons mesurer et donc détecter si la personne peut transmettre le virus, c'est pourquoi dans OKIN nous avons pris comme mesure obligatoire le contrôle de la température des utilisateurs.

Votre vision de l'avenir en tant que professionnel apprendrons-nous de ce qui s'est passé, en sortirons-nous plus forts ?

- Tout ce qui se passe, en bien ou en mal, sert à apprendre et à prévenir de futures pandémies ou des situations similaires. C'est comme un projet qui nous est venu sans prévenir et que nous avons dû affronter avec les moyens dont nous disposions. Je suis fier de l'équipe que nous avons à OKIN parce que nous naviguons tous ensemble avec le même objectif en tête quand il s'agit de la situation actuelle. Ceci afin d'éviter la contagion et la propagation du virus.

 

Fondée en 1994, OKIN - qui signifie « Boulanger » en langue basque (Euskera)- est une société familiale située sur la côte basque (à Zumaia, environ 40km de San Sebastian). Depuis le début, nous nous sommes dédiés à la fabrication de pains congelés en respectant la philosophie CleanLabel. Nous sommes reconnus pour la qualité de notre pain ainsi que pour la proximité que nous entretenons avec nos clients.

Made in Zumaia

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Contactez-nous

Tel. +34 943 865 650
Pol. Industrial Jose María Korta, parc 5, 20750 ZUMAIA (Gipuzkoa), Espagne
Artadi Alimentación S.L.
CIF B-20682522